top of page

Les objectifs de la comission Handisub FSGT

 

                   Préambule                                                                                                       

Nous avons le devoir d’organiser le sport pour les personnes victimes du handicap.

Nous devons répondre à cette demande. Pour nous, enseignants et « valides »,

cela nous oblige à une ouverture d’esprit et à analyser notre approche technique

de la plongée.

 

                   Potentiel de l’activité et état des lieux à la FSGT                                          

Environ 6 millions de Français sont handicapés moteurs, soit 10% de la population

(source FFH, Fédération Française Handisport).

A ce jour, il y a environ 35000 personnes handicapées qui pratiquent une activité

sportive, dont environ 1000 handiplongeurs. Il y a environ 100 enseignants par an

formés à l’handiplongée. Ces derniers encadrent 2 à 3 handiplongeurs par saison

(source FFH).

Plusieurs formes de plongée sont pratiquées au sein de la FSGT : randonnée subaquatique, plongée en scaphandre, plongée aux mélanges, photographie, environnement subaquatique ou plongée enfants. Sauf quelques initiatives isolées, aucune de ces activités subaquatiques n’est proposée aux personnes souffrant d’un handicap.

                                                                                  Aspect technique                                                                                                    

                                                                                 La plongée sous-marine peut, avec des aménagements, répondre en partie à                                                                                       cette volonté nationale. Nous pouvons compenser le handicap physique en                                                                                           adaptant le matériel, les moyens de sécurité et la formation des cadres.

                                                                                 L’immersion en milieu aquatique permet de retrouver une certaine mobilité                                                                                           avec un minimum d’effort. Dès qu’une personne handicapée souhaite plonger, il                                                                                   faut la présence d’un cadre enseignant.

                                                                                 L’implication d’un point de vue intellectuel, physique et matériel est importante.

                                                                                 Par exemple, le moniteur cherche le renforcement de « ce qui reste » et doit                                                                                           envisager, d’une manière intelligente, la progression d’un paraplégique dans le                                                                                     développement des épaules sans provoquer de lésions (tendinites). Le contenu                                                                                   de la formation est conséquent et sous-entend une remise en question de ses                                                                                     qualifications et de ses compétences. Le matériel doit être fiable et installé de                                                                                       manière parfaite sur les plongeurs.

Le moniteur doit trouver des solutions pour adapter le matériel en fonction du handicap du plongeur. Il doit en permanence adapter son approche technique et pédagogique (par cette action, le moniteur pourra, par exemple, suppléer l’absence d’un membre).

bottom of page